vendetta


La Nouvelle-Orléans, 2006.La fille du gouverneur de Louisiane est enlevée. Le kidnappeur, Ernesto Perez, se livre aux autorités mais demande à s'entretenir avec Ray Hartmann, un obscur fonctionnaire qui travaille à Washington dans une unité de lutte contre le crime organisé. A cette condition seulement, il permettra aux enquêteurs de retrouver la jeune fille saine et sauve. Commence alors une longue confrontation entre les deux hommes, au cours de laquelle Perez va, peu à peu, faire l'incroyable récit de sa vie de tueur à gages au service de la mafia.


Ce livre m'a été offert pour Noël, et j'avoue que je n'étais pas plus emballée que ça lorsque je l'ai reçu. Grave erreur de ma part !!!! Une fois embarquée dans cette histoire, il m'était très difficile d'en sortir. Ellory est un poète. Vendetta est pourtant très loin d'un univers poétique. A travers les paroles d'Ernesto Perez, Ellory fait revivre les grands noms de la Mafia américaine, de Los Angeles à New York, de Las Vegas à la mythique Chicago. Les cadavres qui jalonnent la route de Perez sont innombrables, certains très célèbres. Certains meurtres sont décrits avec force de détails... Après tout, Ellory fait de son héros un "artiste" dans son domaine. Et pourtant, il est difficile de ne pas s'attacher à cet homme, sa logique et son raisonnement sont implacables, sa vision du monde ultra-réaliste. Pas de grandes envolées lyriques, mais juste une façon d'écrire, de décrire évènements et paysages qui me font dire qu'Ellory est un poète. On peut presque se demander s'il n'a pas vécu ce qu'il écrit tant c'est précis. Partagée entre les récits d'Ernesto Perez à la première personne et l'enquête actuelle, l'histoire ne souffre d'aucun temps mort, d'aucune longueur.

Il est peu d'auteurs pour lesquels j'ai immédiatement accroché, qui sont devenus addictifs. R.J Ellory en fait partie désormais. Mon amie Alfie m'a prêté il y a longtemps Seul le silence, que j'ai lu aussitôt après avoir terminé Vendetta, et mon addiction n'a fait que croître ! Les Anonymes m'attendent, et j'ai hâte de terminer mon roman en cours pour m'y plonger !